Fiston.

Maintenant que les vacances sont terminées et que t’en as profité en masse, ta mère et moi aimerions te parler de ton avenir. Ça fait trop longtemps qu’on te voit écrasé sur le divan, devant ton écran d’ordinateur ou hypnotisé par ton $%!@ de téléphone intelligent. Ça suffit. On t’a acheté un igloopasse. Tu vas passer le prochain mois DEHORS, avec du vrai monde. Fais-nous confiance; tu vas en avoir, du fun!  (extrait de la lettre Igloofest du 17 janvier)

Vendredi 18 janvier – en collaboration avec Bande à part et MUTEK

Jour 2, c’est parti : Stephen Beaupré, vétéran montréalais du micro-house (demandez-moi pas c’est quoi du micro-house, moi aussi je l’ai tapé sur Google), partagera avec vous une série d’échantillons et de rythmes aventureux qui sauront faire bouger vos petites hanches engourdies par le froid. À 20h30, de la belle visite de la Bulgarie avec KiNK(label Rush Hour), assurément une découverte de la dernière édition du festival MUTEK. Il revient nous voir avec son arsenal d’instruments et de machines, avec comme but ultime de vous faire entendre la musique house la plus originale de votre VIE. Un avant-goût ici. Comme gâterie de fin de soirée, l’Allemand Mathias Kaden (étiquettes Vakant et Freude am Tanzen) vous fera virevolter au son de sa musique dance aux accents percussifs. Les visuels ? Courtoisie de Bobby Digital et Ma’.

 

À propos d’Igloofest :  Chaque hiver, Igloofest rassemble des milliers d’amateurs de musique électronique venus danser à la belle étoile au Vieux-Port de Montréal. Avec son décor de glace se fondant aux structures d’acier, sa scénographie architecturale percutante, sa programmation puisant parmi les meilleurs DJs locaux et internationaux, son village d’igloos et son fameux concours de «one piece», Igloofest est l’un des événements les plus branchés de la métropole et les plus en vue au Canada. 

Cette année et pour une 7e édition, Igloofest revient en force avec 4 week-ends pour un total de 12 soirées glaciales et si chaudes à la fois. Les 17-18-19, 24-25-26 janvier ainsi que les 31-1-2, 7-8-9 février 2013, c’est le moment d’enfiler ses habits de neiges les plus kitsch et de mettre l’hiver québécois au défi de nous empêcher d’avoir du beau plaisir. On s’y voit!